• LIONEL HAMPTON - All That Twist'n Jazz - GLAD Records GLP 3050 - 1962

    LIONEL HAMPTON - ALL THAT TWIST'N - GLAD Records GLP 3050 1962

    Lionel Leo Hampton (20 avril 1908 - 31 août 2002) était un vibraphoniste de jazz américain, pianiste, percussionniste et chef d'orchestre. Hampton a travaillé avec des musiciens de jazz tel Teddy Wilson, Benny Goodman, Buddy Rich, Charlie Parker, Charles Mingus et Quincy Jones. En 1992, il est intronisé a Alabama Jazz Hall of Fame et reçoit la Médaille nationale des arts en 1996. Né en 1908 à Louisville, dans le Kentucky, Lionel a été élevé par sa mère. Peu de temps après sa naissance, sa mère et lui ont déménagé dans sa ville natale de Birmingham, en Alabama. Il passa sa petite enfance à Kenosha, dans le Wisconsin, avant de s'installer avec sa famille à Chicago, dans l'Illinois, en 1916. Dans sa jeunesse, Hampton était membre du Bud Billiken Club, une alternative au Boy Scouts of America, en raison de la ségrégation raciale. Au cours des années 1920, alors qu'il était encore adolescent, Hampton prend des leçons de xylophone auprès de Jimmy Bertrand et commence à jouer de la batterie. Surnommé "Le lion", il a été le premier géant du jazz à donner ses lettres de noblesse au vibraphone en tant qu'instrument soliste. Ses interprétations se caractérisent par une grande virtuosité. Il est aussi un virtuose du piano (Piano Stomp en 1937 où il joue de l'instrument avec seulement deux doigts) et de la batterie (Jack the Bellboy, 1940). Hampton a été élevé dans la religion catholique et a commencé à jouer du fifre et du tambour à la Holy Rosary Academy, près de Chicago. Il démarre sa carrière en jouant de la batterie pour le Chicago Defender Newsboys 'Band (dirigé par le major N. Clark Smith) alors qu'il était encore adolescent à Chicago. Il s'installe en Californie en 1927 ou 1928, jouant de la batterie pour les Dixieland Blues-Blowers. Il commence à enregistrer avec The Quality Serenaders dirigé par Paul Howard, puis part pour Culver City jouer des percussions pour le groupe « Les Hite band » au Sebastian's Cotton Club. Une de ses marques de fabrique comme batteur était sa capacité à réaliser des cascades avec plusieurs paires de bâtons, comme tourner et jongler sans perdre un battement. Durant cette période, il a commencé à pratiquer le vibraphone. En 1930, Louis Armstrong vint en Californie et engagea le groupe "Les Hite", demandant à Hampton s'il jouerait du vibraphone sur deux chansons. C'est ainsi qu'il a commencé sa carrière de vibraphoniste, en popularisant l'utilisation de l'instrument dans le processus. Inventé dix ans plus tôt, le vibraphone est essentiellement un xylophone avec des barres en métal, une pédale de sustain et des résonateurs équipés de ventilateurs électriques qui ajoutent un trémolo. En travaillant avec le groupe "Les Hite", Hampton a aussi occasionnellement joué avec Nat Shilkret et son orchestre. Au début des années 1930, il étudie la musique à l'Université de Californie du Sud. En 1934, il dirige son propre orchestre, puis apparait dans le film Pennies From Heaven (1936) de Bing Crosby aux côtés de Louis Armstrong (portant un masque dans une scène tout en jouant de la batterie). En novembre 1936, le Benny Goodman Orchestra s'est rendu à Los Angeles pour jouer à la Palomar Ballroom. Lorsque John Hammond a invité Goodman à assister à une représentation de Hampton, celui-ci l’invite à rejoindre son trio, qui est rapidement devenu le Quatuor Benny Goodman, avec Teddy Wilson et Gene Krupa complétant la formation. Le Trio et le Quatuor ont été parmi les premiers groupes de jazz inter raciale à se produire devant un public, et constituaient l'un des principaux petits groupes de premier plan. Bien que travaillant pour Goodman à New York, Hampton a enregistré avec plusieurs petits groupes connus sous le nom de Lionel Hampton Orchestra, ainsi que divers petits groupes au sein de Benny Goodman. En 1940, Hampton quitte l'organisation Goodman à l'amiable pour former son propre big band. L'orchestre de Hampton s'est développé au cours des années 1940 et au début des années 1950. Son troisième enregistrement avec l’orchestre en 1942 fut la version de "Flying Home", mettant en vedette un solo de Illinois Jacquet qui anticipait le rhythm & blues. Bien que Hampton ait enregistré pour la première fois "Flying Home" sous son propre nom avec un petit groupe en 1940 pour Victor, la version la plus connue est la version big band enregistrée pour Decca le 26 mai 1942, dans un nouvel arrangement du pianiste Milt Buckner. Le disque (78 rpm) a eu suffisamment de succès pour qu'Hampton enregistre "Flyin 'Home # 2" en 1944, cette fois-ci pour Arnett Cobb. La chanson est devenue le titre thème pour les trois hommes. Le guitariste Billy Mackel a rejoint Hampton pour la première fois en 1944 et allait jouer et enregistrer avec lui presque continuellement jusqu'à la fin des années 1970. En 1947, Hampton joue "Stardust" lors d'un concert a un "Just Jazz" pour le producteur Gene Norman, mettant également en vedette Charlie Shavers et Slam Stewart; l'enregistrement a été publié par Decca. Plus tard, le label GNP Crescendo de Norman publia les morceaux restants du concert. Depuis le milieu des années 1940 jusqu'au début des années 50, Hampton a dirigé un groupe de rythmes and blues très actif, dont les enregistrements pour Decca Records comprenaient de nombreux jeunes interprètes qui ont ensuite eu une carrière importante. Parmi eux figuraient le bassiste Charles Mingus, le saxophoniste Johnny Griffin, le guitariste Wes Montgomery et la chanteuse Dinah Washington. Dizzy Gillespie, Cat Anderson, Kenny Dorham, Snooky Young, le tromboniste Jimmy Cleveland et le saxophoniste Jerome Richardson. Faisant une tournée en Europe en 1953, Clifford Brown, Gigi Gryce, Anthony Ortega, Monk Montgomery, George Wallington, Art Farmer, Quincy Jones et la chanteuse Annie Ross figuraient parmi l’orchestre de Hampton. Il continu à enregistrer avec de petits groupes et des jam sessions au cours des années 1940 et 1950, avec Oscar Peterson, Buddy DeFranco et d'autres. En 1955, alors qu'il travaillait pour The Benny Goodman Story en Californie, il enregistra avec Stan Getz et réalisa deux albums avec Art Tatum pour Norman Granz et avec son propre big band. Avec Louis Armstrong et la chanteuse italienne Lara Saint Paul, Hampton a joué au Festival de musique de San Remo en 1968 en Italie. Le spectacle a fait sensation auprès du public italien, alors qu’il entrait dans une véritable session de jazz. La même année, Hampton a reçu une médaille (papale) du pape Paul VI. Au cours des années 1960, le groupe de Hampton a moins de succès et est un peu sur le déclin, jouant toujours ce qui lui avait réussi plus tôt dans sa carrière. Ne faisant pas mieux dans les années 1970, même s'il enregistre activement pour son label Who's Who in Jazz, qu'il a fondé en 1977/1978. À partir de février 1984, Hampton et son groupe jouent au festival de jazz annuel de l'Université de l'Idaho, renommé le Lionel Hampton Jazz Festival l'année suivante. En 1987, l'école de musique UI a été renommée Hampton, la première école de musique universitaire portant le nom d’un musicien de jazz. Le 11 novembre 1936, à Yuma, en Arizona, Lionel Hampton épouse Gladys Riddle (1913-1971). Gladys a été directeur commercial de Lionel tout au long de sa carrière. De nombreux musiciens se souviennent que Lionel dirigeait la musique et Gladys, les affaires. Au cours des années 1950, il s'intéressa beaucoup au judaïsme et collecta des fonds pour Israël. En 1953, il composa une suite du roi David, le jouant en Israël avec le Boston Pops Orchestra. Plus tard dans la vie, Hampton devint chrétien Scientist. Il était également franc-maçon de "Prince Hall" au trente-troisième degré. En janvier 1997, son appartement a pris feu et a détruit ses récompenses et ses biens. Hampton décède des suites d'une insuffisance cardiaque à l'Hôpital Mount Sinai, à New York, le 31 août 2002. Il repose au cimetière Woodlawn, dans le Bronx, à New York. Ses funérailles ont eu lieu le 7 septembre 2002 et ont donné lieu à une représentation de Wynton Marsalis et du Gully Low Jazz Band de David Ostwald à la Riverside Church de Manhattan; la procession a commencé au Cotton Club de Harlem. Hampton a eu une discographie importante, enregistrant dès 1953 quantités d’albums, 78T et singles. Je propose aujourd’hui son album "All That Twist'n Jazz" édité en 1962 sur Glad Records GLP 3050, avec le superbe "Railroad N° 1&2" réunis sur la même plage.   

     

    LIONEL HAMPTON - ALL THAT TWIST'N - GLAD Records GLP 3050 1962

    LIONEL HAMPTON - ALL THAT TWIST'N - GLAD Records GLP 3050 1962

    A1/ Wild Bill's Twist

     A2/ Railroad N° 1&2

     A3/ At The Met

     B1/ Hamp Twist

     B2/ The Fabulous Flamingo Twist 

     B3/ Encore

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Jipem
    Mercredi 9 Janvier à 19:37

    Je ne connaissais pas cet album de Lionel Hampton sarcastic En fait, j'ai du passer à côté à case du titre Twistin' ^^ Le contenu est vraiment excellent et intéressant cool Merci pour cette présentation wink2

    2
    Soul Brother
    Jeudi 28 Février à 19:58

    Excellent ce disque Gérard. Je n'ai que le 45 T

    3
    Vendredi 1er Mars à 00:01

    Merci de tes visites Sam !! J'ai l'album mais pas le 45T ! 

    Amitiés, Gérard

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :