• 'In A New Mood', le troisième album d’Oscar Brown est constitué pour presque la totalité de reprises de standards, hormis son adaptation de Work Song, toujours dans un excellent registre Jazz/Soul. L’album est édité en 1962 sur Columbia Records [CS8673] et inclus une bonne version de Sixteen Tons. Pour sa biographie, voir mon article sur son premier album "Sin & Soul", plus bas dans la page.

     

     

     

     

     

    A1/ Where Or When

     A2/ Nobody Knows You When You're Down And Out

     A3/ Mood Indigo

     A4/ Please Send Me Someone TGo Love

     A5/ Hey There

     A6/ One For My Baby And One More For The Road

    B1/ Sixteen Tons

    B2/ God Bless' The Child

    B3/ Work Song

    B4/ Go Down Moses

    B5/ It Ain't Necessarily So

    B6/ Straighten Up And Fly Right

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • OSCAR BROWN JR. - Between Heaven and Hell - Columbia CS 8574 - 1962

    Le second album d'Oscar Brown Jr. "Between Heaven and Hell" est édité en 1962 sur Columbia Records. D'excellents titres, toujours dans un style Jazzy/Soul avec - entre autres - l’apprécié des Popcorn lovers  "Opportunity Please Knock" ! Pour sa biographie, voir mon précédent article avec son premier album "Sin & Soul". 

     

     

     

     

     

     

     

    OSCAR BROWN JR. - Between Heaven and Hell - Columbia CS 8574 - 1962

    OSCAR BROWN JR. - Between Heaven and Hell - Columbia CS 8574 - 1962

     

    A1/ Mr. Kicks

     A2/ Hazel's Hips

     A3/ Excuse Me For Lovin'

     A4/ Lucky Guy

     A5/ Forbidden Fruit

     A6/ Opportunity, Please Knock

     B1/ Elegy

     B2/ Sam's Life

     B3/ Hymn To Friday

     B4/ Love Is Like A New Born Child

    B5/ When Malindy Sings

    B6/ World Full Of Grey

     

     

     

     


    votre commentaire
  • OSCAR BROWN JR. - Sin & Soul

    Oscar Brown Jr. (10 octobre 1926 - 29 mai 2005) était un chanteur, auteur-compositeur, dramaturge, poète, militant des droits civiques et acteur. Il concourt sans succès pour un bureau de la législature d’état de l’Illinois et le Congrès américain. Brown a écrit de nombreuses chansons (125 seulement ont été publiés), 12 albums et plus d’une douzaine de pièces musicale. Né et élevé sur la rive sud de Chicago, il a été nommé d’après son père Oscar Brown, SR., un homme d’affaires, courtier immobilier et avocat réussi. Les premiers débuts d’acteur de Brown était sur l’émission de radio Secret City à l’âge de 15 ans. À Englewood High School de Chicago, l’Université du Wisconsin-Madison et Université de Lincoln, il n’a pas obtenu de diplôme. Il a également servi dans l’armée américaine. Le père de Brown aurait voulu qu’il suivre ses traces et devienne avocat dans son étude, mais Brown Jr. s’aventure dans d'autres carrières, tels que la publicité, servant également dans l’armée dans le milieu des années 1950 et à écrire des chansons. Mahalia Jackson a enregistré une de ses chansons "Baby Brown" il commence à se concentrer sur une carrière comme auteur-compositeur. Sa première contribution majeure à une œuvre enregistrée était une collaboration avec Max Roach, We Insist ! qui était un célèbre enregistrement au début du mouvement de libération noir aux États-Unis. Columbia Records signe Brown Jr. comme artiste solo. En 1960, Brown Jr. sort son premier album, Sin & Soul, enregistré du 20 juin au 23 octobre 1960. Des critiques et éloges sont imprimé sur la couverture de l’album, par des célébrités bien connues et des musiciens de jazz de l’époque, dont Steve Allen, Lorraine Hansberry, Nat Hentoff, Dorothy Killgallen, Max Roach et Nina Simone (Simone enregistrera plus tard son "Work Song" et Steve Allen l’embauchera plus tard pour son émission de télévision Jazz Scene USA). L’album est considéré comme un "grand classique" s’impliquant ouvertement à l’expérience des Afro-américains avec des chansons comme "Bid 'Em In" et "Afro Blue". L’album Sin & Soul est également important de par le fait que Brown a utilisé plusieurs instrumentaux Jazz populaires et les a combinés avec des paroles de sa composition dans des chansons comme "Dat Dere", "Afro Blue" et "Work Song". Cela a été le début d’une tendance qui continuera avec plusieurs autres grands chanteurs/chanteuses de Jazz. Plusieurs des titres de Sin & Soul ont eu les faveurs du mouvement Mod des années 1960, tels que "Humdrum Blues", "Work Song" et "Watermelon Man". Il enregistre quatre albums chez Columbia Records, puis passe chez Fontana - RCA - Atlantic - CBS et Philips entre autres. Il a tenté de monter un spectacle musical majeur à New York, appelé Kicks & Co. en 1961. L’animateur de télé Dave Garroway a consacré une émission entière de The Today Show à Brown, effectuant des numéros du spectacle pour tenter de réunir les fonds nécessaires pour lancer le spectacle. Kicks & Co. est situé sur un campus du Collège All-Africain-Américain, dans l’Amérique du Sud pendant les premiers jours de tentative de déségrégation. Le personnage de M. Kicks est un émissaire de Satan, envoyé pour tenter de faire dérailler ces efforts dans lequel le protagoniste de la pièce, Ernest Black était impliqué. C’était la première de plusieurs tentatives théâtrales par Brown, et pour chacun d’eux, le public n’était pas suffisamment séduit pour permettre la réussite financière, malgré les éloges de certains critiques. Son succès relatif a été grâce à la participation de Muhammad Ali, qui tenait le rôle de Big Time Buck White. Un autre spectacle musical, Joy, a vu deux représentations (en 1966 et 1969) à nouveau sur des questions de société. En 1962, il a travaillé sur l’émission de télévision de Westinghouse Scène Jazz USA, produite par Steve Allen. Brown était le présentateur de l’émission où il invitait un nouveau performer chaque semaine. Il a fondé The Oscar Brown Jr. H.I.P. Legacy Foundation et poursuit son travail humanitaire. Il a également participé à un rassemblement de protestation contre l’apartheid au Collège de Compton en 1976. Il écrit également Poems and Opinions of Oscar Brown Jr. Cet ouvrage comprend les paroles des chansons connues de Brown, ainsi que les paroles de chansons qu'il n’a jamais enregistrées. Entre autres compositions, Brown a écrit les paroles de la mélodie de Duke Pearson "Jeannine" chantée par Eddie Jefferson sur l’album The Main, Main, enregistré en octobre 1974, et également repris par The Manhattan Transfer sur leur album Bop Doo-Wopp de 1984. Il est décédé à Chicago, de complications de l’ostéomyélite en mai 2005, à 78 ans. Les paroles et compositions originales de Brown Jr. ont été jouées par une variété d’autres artistes. Voici son premier album "Sin & Soul" édité sur Columbia Records [CS 8377] en 1960. Oscar Brown reviendra avec d’autres albums !

     

    OSCAR BROWN JR. - Sin & Soul

    OSCAR BROWN JR. - Sin & Soul

    A1/ Work Song

     A2/ But I Was Cool

     A3/ Bid 'Em In

     A4/ Signifyin' Monkey

    A5/ Watermelon Man

    A6/ Somebody Buy Me A Drink

    B1/ Rags And Old Iron

    B2/ Dat Dere

    B3/ Brown Baby

     B4/ Humbrum Blues

    B5/ Sleepy

    B6/ Afro-Blue

     

     

     

     


    votre commentaire
  • REX GARVIN AND THE MIGHTY CRAVERS

    Le début de la carrière musical de Rex Garvin (pianiste de formation) - né le 24 juillet 1940 à Harlem dans le Bronx - est lié avec celle de sa voisine Zelma "Zell" Sanders du Bronx. Être une femme noire dans l’entreprise du disque dominé par l’industrie blanche des années ‘50 était certainement un handicap pour Zell. Elle était travailleuse entrepreneuse et redoutable matriarche, contrôlant les artistes, avec la fermeté affectueuse d’un parent strict, leurs donnant parfois des amandes s’ils enfreignent ses règles. Sanders et Garvin étaient très impliqué avec "The Hearts", un groupe de jeunes filles (parmi lesquelles se joignait régulièrement une certaine Justine "Baby" Washington) fondé en 1954, dont le premier enregistrement "Lonely Nights" est édité sur l’étiquette de Sol Rabinowitz Baton Records début 1955. Ce fut un succès immédiat (# 8 R&B), faisant de The Hearts le deuxième Girl groupe à avoir une chanson sur les charts de R&B, après Shirley Gunter and The Queens. The Hearts n’a eu aucun autre hit, mais continua à sortir des singles jusqu’en 1963. Garvin gérait les innombrables changements de personnel au sein du groupe et est resté leur arrangeur et pianiste, principalement pour "Meet Girls ". Il a été plus ou moins considéré comme un membre du groupe (les filles, amoureusement, se réfère à lui comme "maître") et apparaît sur l’une de leurs photos de promotion.

    REX GARVIN AND THE MIGHTY CRAVERS

    The Hearts enregistreront trois autres singles sur Baton Records jusqu’à la fin de leur contrat avec le label, puis sur Zell’s et Tuff Records. Zell Sander décide ensuite de monter sa propre maison de disques et met en place J & S Records en juin 1956, où Garvin deviendra son bras droit, il était - entre autre - responsable des arrangements, notamment piano, qui façonnera et deviendra la marque de fabrique du son J & S. Rex présente ensuite à Zell son protégé Joe Rivers, un gars de Charleston, Caroline du Sud. Un jour, quand Joe répétait une chanson, Zell Sanders propose à sa fille, Johnnie Louise Richardson, de chanter avec Joe. Ils deviennent par la suite le duo Johnnie et Joe, qui a enregistré prolifiquement entre 1956 et 1969. Le duo enregistre plusieurs singles composés par Garvin qui rencontrent beaucoup de succès. Garvin chante même dans les chœurs derrière le duo sur la chanson "Over the Mountain, Across the Sea ". Garvin continu d’écrire pour le duo même après qu’ils aient quitté J & S Records pour enregistré pour Chess - ABC Paramount - Omega et Lana Records. Rex Garvin lance ensuite sa propre carrière en 1959. Tout d’abord en duo avec la chanteuse Marie Knight, "I Can't Sit Down " (Carlton Records). En 1961, Garvin forme son propre groupe, Rex Garvin And The Mighty Cravers (où l’orgue fait son apparition) avec le saxophoniste Clayton Dunn et le batteur Pete Holman.  Ils sortent une douzaine de singles dans les années 1960 sur une variété d’étiquettes, R&B / Soul et Funk, avec tout d’abord un single édité sur Okeh Records "Emulsified/Go Little Willie", suivront d’autres tout aussi excellents singles - dans des styles variés et parfois précurseur pour l’époque - dont entre autres "Believe It Or Not" et "Sock It To 'Em J.B" un hommage à James Bond // Dr. No From Russia with Love, Goldfinger, Thunderball, Casino Royale.....Soul Jerk //, dans une vaine musical a la James Brown. Un dernier single est édité en 1971 sur Chieftain Records "Strange Happenings/Come Back To Me". Un album est enregistré en 1968 orienté vers les nouveaux sons Funk. Il quitte les Mighty Cravers et abandonne la musique en 1975. Il s’installe à Atlanta, en Géorgie, mais continue à jouer dans des concerts occasionnels jusqu’en 1985. En 1990, "Emulsified" a été repris par le groupe 'Yo La Tengo' sur leur album Fakebook. Garvin meurt à Atlanta en 2013 à l’âge de 73 ans. Voici leur unique album "Raw Funky Heart" édité en 1968 sur Tower Records ST-5130. Je posteras leurs singles par la suite sur mon autre blog soul-in-groove.

     

    REX GARVIN AND THE MIGHTY CRAVERS

    REX GARVIN AND THE MIGHTY CRAVERS

     A1/ Raw Funky

     A2/ Screaming For Your Love

     A3/ Boogaloo Down Broadway

     A4/ The Other Man

    A5/ By The Time I Get To Phoenix 

     B1/ Don't Fight It

     B2/ Something's Wrong With My Baby

    B3/ Funky Broadway

    B4/ Sugar Baby 

    B5/ Stop-Who Goes There 

     

     

     

     


    votre commentaire
  • THE ARTISTICS - GET MY HANDS ON SOME LOVIN' - OKEH OKM 121189

    Le groupe Soul "The Artistics" a été formé en 1958 à Marshall High School à Chicago avec en line-up : Curt Thomas (lead), Larry Johnson (premier ténor), Jesse Bolian (second ténor) et Aaron Floyd (baryton basse). En 1960, Thomas quitte le groupe et est remplacé par le chanteur Robert Dobyne. Ils se produisent lors de la Convention nationale démocratique de 1960 et commencent à chanter en soutient de Major Lance, dont (entre autres) "Monkey Time". Le producteur du groupe Okeh Records - Carl Davis - les signent en 1963, mais leurs premiers enregistrements n’aboutissent pas. Robert Dobyne quitte le groupe en 1964, et plus tard écrit pour The Temptations et enregistre pour Motown, des titres malheureusement non édités à l’époque. Les fonctions de chanteur lead des Artistics sont alors tenues par Charles Davis, ex membre du groupe The Dukay, puis par Marvin Smith, un ex membre du groupe El Dorados. Ils ont leur premier hit local avec "Get My Hands On Some Lovin'", co-écrit et enregistré pour la première fois par Marvin Gaye. Ils enchaînent avec plus de succès, avec "This Heart Of Mine", écrit par Barrett Strong. Le single atteint le n° 25 du Billboard Chart R&B fin 1965. Le groupe sort un album, "Get My Hands On Some Lovin'" (1966), avec plusieurs chansons écrites par Strong, mais les deux singles suivant pour Okeh ne rencontre pas de succès. Ils déménagent ensuite chez Brunswick Records où Carl Davis était devenu directeur A&R. Ils enregistrent cinq albums pour le label, leur tout premier "I'm Gonna Miss You", écrit par Smith, Bolian et Johnson, du groupe, est produit par Davis, se classe n° 9 dans le R&B charts, et n° 55 dans le Pop Chart fin 1966. Marvin Smith quitte le groupe pour une carrière solo, il est remplacé par Tommy Green. Smith a continué de collaborer à l’écriture et a chanté sur quelques-uns des enregistrements du groupe jusqu’en 1970. Ils continuent chez Brunswick avec plus ou moins de succès jusqu’en 1973 ou ils finissent par se séparer. Larry Johnson (né Lawrence Johnson à Chicago, Illinois) est décédé en juin 2015. Chez Okeh Record, le groupe enregistre en tout cinq singles, tous figurant sur l’excellent album "Get My Hands On Some Lovin'" que je présente ici ! 

     

    THE ARTISTICS - GET MY HANDS ON SOME LOVIN' - OKEH OKM 121189

    THE ARTISTICS - GET MY HANDS ON SOME LOVIN' - OKEH OKM 121189

    A1/ Get My Hands On Some Lovin'

     A2/ I'll Leave It Up To You

     A3/ Patty Cake

     A4/ So Much Love In My Heart

     A5/ I'll Come Running

    B1/ This Heart Of Mine

    B2/ What'll I Do

    B3/ Loveland

    B4/ I Need Your Love

    B5/ In Another Man's Arms

     

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique